<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d4000921\x26blogName\x3dAs+Imagens+e+N%C3%B3s\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dLIGHT\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://asimagensenos.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dpt_PT\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://asimagensenos.blogspot.com/\x26vt\x3d8145402830606333396', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
segunda-feira, julho 11, 2005
VER TEATRO

Quem está em Lisboa ou quem pode cá chegar facilmente não pode perder o espectáculo Ligne de fuite, de Philippe Genty , hoje à noite no Centro Cultural de Belém. Quem retira prazer em encenações criativas, ritmos, cores, surpresas, encanto, maravilha, ritmo, grosteco, non sense, abismo, mistérios, não pode ficar em casa. Este trabalho está integrado no 22º Festival de Teatro de Almada. Vi ontem e não posso deixar de alertar pois trata-se de um espectáculo muito visual e ..raro.

“Un ensemble de lignes de perspectives se rejoignent au centre de la scène en un Point

Un point en fuite.

Un point qui grandit à l’horizon.

Un point qui s’interroge ?

Un point qui pourrait être vous, moi.

Vous à l’extrémité de cette ligne et moi à l’autre bout.

C’est ce que nous dit ce personnage, nous l’appellerons le grand manipulateur, pathétique, dérisoire, pitoyable. Il nous entraîne le long de ces abîmes au fond de nous mêmes, à la recherche d’une victime, vous ou moi et d’un meurtrier, pourquoi pas vous ou peut être moi ?

Lui et six autres cosmonautes de l’intérieur voyagent d’une énigme à l’autre, à la recherche d’une réponse dans une course éternelle jalonnée de vertiges, de culs de sac, de retours impossibles, d’un infiniment petit à un infiniment grand, de vos rêves à leurs cauchemars. Ils passent d’un naufrage à une résurrection, traversant l’océan des souvenirs, croisant un maître nageur le matin et philosophe le soir, un ogre qui s’auto dévore, un chien humain à temps partiel et informaticien pendant les week-ends, une danseuse en perte de mémoire. Des profondeurs de l’âme, de la votre ou peut-être de la leur se fait jour une réponse à ces énigmes.

L’identité de la victime et celle du meurtrier, se font jour là où nous l’attendions le moins.”
 
José Carlos Abrantes | 11:24 da manhã |


0 Comments: